Actualités

23 02 2016

Inacceptable et consternant !


Abattoir du Vigan : encore des actes de cruauté sur les animaux.

 

Abattoir du Vigan © L-214

Quelques mois seulement après la révélation d’actes de violence dans l’abattoir d’Alès, L214 apporte la preuve que de tels agissements perdurent dans d’autres établissements avec la diffusion ce matin d’une vidéo tournée dans l’abattoir Le Vigan dans le Gard.

On peut y voir des moutons désorientés lancés par-dessus les barrières d’un couloir, un porcelet suspendu chutant de la chaîne d’abattage, ou un bovin insuffisamment étourdi …des images difficiles à décrire tant elles sont violentes.

Au lendemain de la découverte des pratiques dans l’abattoir d’Alès, nous avions avec d’autres associations co-signé un courrier adressé au ministère, dans lequel était demandé de « prendre de toute urgence de sérieuses mesures pour mettre un terme aux trop nombreuses infractions des opérateurs abatteurs et aux manquements de la France à ses obligations de faire appliquer le Règlement 1099/2009 et améliorer la protection des animaux à l’abattage ».http://pmaf.org/news/388/86/ALES-nous-attendons-des-mesures.html

Dans sa réponse datant du 9 février, le ministre de l’Agriculture indique avoir appelé dès le mois de novembre les Préfets à la plus grande vigilance sur les conditions d’inspection des abattoirs et demandé une mobilisation des équipes d’inspection…

Quatre mois plus tard, force est de constater que même les normes minimales réglementaires en vigueur ne sont pas appliquées dans l’abattoir du Vigan. La France s’apprête pourtant à formuler sa première Stratégie nationale 2016-2020 dédiée au bien-être animal.

Lors des  groupes de travail, constitués par le ministère pour son élaboration, nous avons insisté sur l’importance de la formation des personnes exerçant une activité avec des animaux, dont les personnels d’abattoir, tout comme sur la nécessité d’élever le niveau des connaissances en matière de protection animale.

Des inspections et une formation de qualité du personnel auraient sans doute évité de tels actes de cruauté sur les animaux dans l’abattoir du Vigan.

Devant l’opacité des pratiques en cours dans certains abattoirs et l’inefficacité des Services de l’Etat dans l’application des règlementations, il est indispensable de rendre obligatoire l’utilisation de la vidéo-surveillance pour prévenir des actes de maltraitance.

Ce constat est d’autant plus consternant que l’abattoir du Vigan est certifié pour la mise à mort d’animaux issus de l’agriculture biologique. La souffrance reste la même, mais ce mode de production revendique une prise en compte élevée du bien-être animal. Les règles européennes encadrant la production biologique étant en cours de révision, nous avons réaffirmé, lors de la consultation de WELFARM,  la nécessité de renforcer cette réglementation, en particulier pour le transport et l’abattage des animaux.