Actualités

24 03 2016

Une recommandation européenne pour rendre à nos cochons leurs queues en tire-bouchon !


99% des cochons élevés en France ont la queue coupée quelques jours après leur naissance.

 

La Commission européenne a pourtant interdit cette ablation systématique de la queue dans la directive protégeant les porcs en élevage*.Malheureusement, ce texte a été interprété de façon trop permissive dans de nombreux pays européens. La Commission européenne corrige le tir à travers une recommandation publiée le 8 mars dernier ; Welfarm se mobilise pour en assurer la bonne diffusion auprès des acteurs de la filière porcine.

Les cochons aiment explorer, fouiller et retourner le sol ; en milieu naturel, cette activité occupe 75 % de leur temps d’éveil. La libre expression de ce comportement inné est indispensable au respect de leur bien-être. La directive européenne protégeant les porcs prévoit donc un enrichissement de leur milieu de vie afin de leur permettre d’exprimer ce comportement. Cependant le texte de 2008 n’était pas assez précis et s’est traduit, dans les élevages français, par la mise à disposition de matériaux peu adaptés au comportement naturel de fouille des cochons : chaînes en métal, ballons, ou encore bidons... Rien de très satisfaisant pour un cochon !

Dans l’incapacité d’explorer leur environnement de manière satisfaisante, les porcs développent fréquemment un comportement déviant : ils s’occupent en mordant la queue de leurs congénères. Les éleveurs coupent donc les queues des cochons de façon systématique plutôt que d’essayer de prévenir l’apparition du problème. Cette ablation, réalisée sans anesthésie, est très douloureuse pour le cochon, sans pour autant éradiquer le phénomène de morsure de queues.

Pour répondre à cette déconnexion entre la réalité des exploitations agricoles et l’intention initiale de la directive de 2008, la Commission européenne a publié une nouvelle recommandation, annoncée depuis deux ans déjà. Celle-ci précise les attentes de la Commission en matière de bien-être des porcs et tend à corriger les interprétations trop permissives du texte de la Directive.

La recommandation rappelle ainsi qu’une évaluation du risque de morsure des queues devrait être réalisée avant toute opération d’ablation des queues. Par ailleurs, les caractéristiques des matériaux d’enrichissement à mettre à disposition des cochons y sont listées de façon précise**. La recommandation s’accompagne d’un guide de bonnes pratiques détaillant les outils concrets pour la bonne application de la directive, notamment pour l’évaluation des matériaux d’enrichissement fournis aux cochons. Une bonne nouvelle pour le bien-être des cochons qui devraient enfin voir leur environnement amélioré avec des matériaux dont ils raffolent comme la paille, le foin, les racines…

Mais Bruxelles reste bien distante des exploitations françaises et ces outils ne sont pas suffisants pour assurer l’adoption rapide de ces pratiques permettant de mieux prendre en compte le bien-être des porcs. Welfarm veillera ainsi à informer et accompagner les acteurs de la filière porcine française dans la prise en compte de cette nouvelle recommandation.

 

* Directive 2008/120/CE établissant les normes minimales relatives à la protection des porcs.

** Ces matériaux doivent notamment être comestibles, manipulables au moyen de la bouche, ils doivent pouvoir être mâchés et investigués.