Le bien-être des animaux sur les marchés aux bestiaux

Campagne Marchés aux bestiaux PMAF
Un grand nombre d’animaux de ferme transitent par les marchés aux bestiaux une ou plusieurs fois dans leur vie. Ce peut être de très jeunes animaux, tels que des veaux, âgés d’à peine quelques jours qui proviennent du cheptel laitier et qui seront revendus pour être engraissés et abattus à 5 mois, comme des animaux adultes qui sont vendus d’une exploitation à l’autre ou qui seront vendus directement à des abattoirs.

 

WELFARM se réjouit de l’initiative prise par l’Association européenne des marchés aux bestiaux (AEMB), dont la Fédération française des marchés de bétail vif est membre. Celle-ci vient en effet d’éditer le tout premier Guide de bonnes pratiques pour les marchés aux bestiaux

pdftélécharger le guide (120 ko)

Ce document a comme son nom l’indique, « vocation de guider les gestionnaires de marchés dans les démarches qu’ils entreprennent pour veiller au bien-être des animaux ». Il s’axe autour de quatre thèmes :

  • Equipement du marché : éclairage et ventilation convenables, allées de circulation conçues et entretenues de manière à faciliter la conduite des animaux, pour les animaux très jeunes tels que les petits veaux, il est recommandé de recouvrir le sol d’une litière appropriée…
  • Organisation du marché, formation et information : désigner une personne responsable du bien-être animal sur le marché, formations pour le personnel du marché quant à la réglementation et les bonnes pratiques relatives au bien être animal…
  • Procédures pour l’utilisation et l’entretien du marché : lavage et désinfection complète du marché après chaque utilisation…
  • Aptitude des animaux à la vente et manipulation des animaux : les animaux inaptes doivent être isolés dans un parc et inspectés par un vétérinaire, éviter qu’un animal prolonge inutilement son séjour sur le marché, manipulation des animaux uniquement par des personnes formées ou expérimentées, dans l’idéal utilisation de chariots roulants pour la conduite des petits veaux…

Cet appel à mieux manipuler les animaux est une preuve de plus que le bien-être animal est une idée qui progresse dans la société, mais aussi auprès des professionnels. Nous espérons donc que ces « suggestions d’actions à mener » seront au maximum appliquées, et que ce guide de bonnes pratiques continuera d’évoluer.De notre point de vue ces principes devraient faire l’objet d’une réglementation.

marchés aux bestiaux
marchés aux bestiaux

Les marchés peuvent être des endroits très stressants et effrayants pour les animaux. Les animaux sont confrontés à des odeurs peu familières, à des bruits, à d’autres animaux et des personnes qu’ils ne connaissent pas etc.

Les conditions de présentation des animaux sur les marchés laissent parfois à désirer ; les enclos peuvent être surchargés, les sols peuvent être glissants, il arrive que les jeunes animaux ne disposent d’aucune litière, les bovins sont parfois attachés par les cornes à des barreaux, ce qui est totalement illégal etc.

Beaucoup de marchés ne disposent pas d’un nombre d’abreuvoirs suffisants pour tous les animaux, et bien souvent ils ne sont pas du tout abreuvés ni nourris, bien que la législation exige que les animaux présentés sur les marchés soient abreuvés toutes les 8 heures et nourris toutes les 24 heures. En général, les animaux ne restent pas aussi longtemps sur les marchés, mais parfois, les animaux arrivent la veille du jour de marché ou ne repartent que le lendemain et souvent ils devront encore subir un long transport, il est donc essentiel qu’ils soient correctement abreuvés et nourris sur les marchés.

marchés aux bestiaux
marchés aux bestiaux

Les animaux sont bien souvent victimes de manipulations très brutales ; ils sont tirés par les pattes, la queue, les oreilles, la laine ( ce qui est très douloureux pour les moutons), ils sont jetés brutalement à terre, ils sont manipulés à l’aide de violents coups de bâton, ou d’aiguillons électriques. Il arrive aussi que des personnes utilisent en toute illégalité, des objets pointus pour faire avancer les animaux. Les rampes d’accès aux camions pour charger ou décharger les animaux ont souvent une inclinaison trop forte et ne bénéficient pas toujours de protections latérales pour éviter que les animaux chutent sur les côtés. Bien souvent, des personnes obstruent les allées et ainsi effrayent les animaux qui hésitent à avancer.

On peut aussi parfois constater la présence d’animaux gravement malades ou blessés (bien que ce soit de plus en plus rare) qui ne bénéficient pas de soins vétérinaires, ou de vaches en lactation qui n’ont pas été traites depuis de nombreuses heures, ce qui peut être très douloureux.

 

Que fait la PMAF

Que fait WELFARM ?

Réguliérement, WELFARM visite les marchés aux bestiaux français et dénonce les abus qu’elle peut constater.

En 1997, nous avons réalisé un film sur les mauvais traitements dont sont victimes les animaux sur les marchés, dont des extraits ont été diffusés aux principaux journaux télévisés.

En 2003, WELFARM a accueilli durant plusieurs mois une élève ingénieur agronome qui a réalisé une importante étude sur le bien-être des animaux sur les marchés et qui a fait des recommandations. A la suite de cette étude, le ministère de l’agriculture a diligenté une enquête sur plusieurs marchés que nous avions visités.

WELFARM s’inscrit aujourd’hui dans une démarche de coopération avec les professionnels des marchés aux bestiaux afin de travailler avec eux à une amélioration des problèmes pour le bien-être des animaux que nous pouvons constater. Cet effort doit passer notamment par la publication de documents donnant des conseils pour une manipulation adéquate des animaux.

Que souhaite la PMAF

Que souhaite WELFARM ?

WELFARM souhaite encourager les alternatives aux marchés bestiaux, telle que par exemple, les systèmes de vente utilisant les nouvelles technologies. Les marchés aux bestiaux imposent un stress inutile aux animaux, et de plus contribuent à l’expansion d’épidémies, comme nous avons pu le voir dans l’épisode de la fièvre aphteuse.

Nous considérons que tout le personnel qui manipule des animaux sur les marchés aux bestiaux devraient recevoir une formation spécifique.

L’usage des aiguillons électriques ne devrait plus être autorisé.

Certains marchés aux bestiaux devraient être modernisés de façon à faciliter la manipulation des animaux : rampes de chargement à la hauteur du camion, installation davantage d’abreuvoirs, sols moins glissants etc.

Les très jeunes animaux, tels que les veaux âgés de seulement quelques jours, ne devraient plus être transportés sur les marchés.

Que souhaite la PMAF

Que pouvez-vous faire

Si vous êtes témoins de mauvais traitements envers les animaux sur un marché aux bestiaux, signalez le à WELFARM, à la Direction départementale des services vétérinaires et au maire de la commune concernée. Vous pouvez également vous adresser au directeur du marché pour qu’il prenne des mesures.

Si vous ne constatez pas d’amélioration après votre intervention, adressez un courrier à la presse de votre département et aux radios de la bande FM.

Aidez WELFARM dans son action pour améliorer le bien-être des animaux sur les marchés en nous adressant un don.