Le bien-être des animaux sur les marchés aux bestiaux

Campagne Marchés aux bestiaux PMAF
Un grand nombre d’animaux de ferme transitent par les marchés aux bestiaux une ou plusieurs fois dans leur vie. Ce peut être de très jeunes animaux, tels que des veaux d’à peine quelques jours qui seront vendus pour être engraissés, mais aussi des animaux adultes qui seront vendus à une autre exploitation ou à un abattoir.

 

Les marchés sont des lieux très stressants pour les animaux. Ils sont en effet exposés à de nombreux bruits et odeurs inhabituels, y côtoient d’autres animaux qu’ils ne connaissent pas, et sont manipulés par des inconnus, parfois avec brutalité.

Quelle réglementation protège les animaux sur les marchés aux bestiaux ?

C’est le Règlement CE 1/2005 du 22 décembre 2004 relatif à la protection des animaux pendant le transport et les opérations annexes qui encadre également les pratiques sur les marchés aux bestiaux ; entré en vigueur en 2007, il s’applique dans tous les états membres de l’Union Européenne.

Il existe en outre depuis 2004 un Guide de bonnes pratiques pour les marchés aux bestiaux, édité par l’Association européenne des marchés aux bestiaux (AEMB), dont est membre la Fédération française des marchés de bétail vif.

Ce document a pour « vocation de guider les gestionnaires de marchés dans les démarches qu’ils entreprennent pour veiller au bien-être des animaux ». Il s’articule autour de quatre thèmes :
  • Equipement du marché : éclairage et ventilation convenables, allées de circulation conçues et entretenues de manière à faciliter la conduite des animaux, pour les animaux très jeunes tels que les petits veaux, il est recommandé de recouvrir le sol d’une litière appropriée…
  • Organisation du marché, formation et information : désigner une personne responsable du bien-être animal sur le marché, formations pour le personnel du marché sur la réglementation et les bonnes pratiques relatives au bien-être animal…
  • Procédures pour l’utilisation et l’entretien du marché : lavage et désinfection complète du marché après chaque utilisation…
  • Aptitude des animaux à la vente et manipulation des animaux : les animaux inaptes doivent être isolés dans un parc et inspectés par un vétérinaire, éviter qu’un animal prolonge inutilement son séjour sur le marché, manipulation des animaux uniquement par des personnes formées ou expérimentées, dans l’idéal utilisation de chariots roulants pour la conduite des petits veaux…
pdf Télécharger le guide (120 ko)

 

Les principes énoncés dans ce guide de bonnes pratiques devraient de notre point de vue être intégrés dans une réglementation afin qu’ils soient systématiquement suivis.

En effet, les conditions de présentation des animaux sur les marchés laissent encore parfois à désirer : les enclos peuvent être surchargés et les sols glissants, les jeunes animaux ne disposent pas toujours de litière, les bovins sont parfois attachés par les cornes à des barreaux, etc

 

marchés aux bestiauxLes marchés ne disposent pas toujours d’un nombre suffisant d’abreuvoirs, et alors que la législation exige que les animaux soient abreuvés au moins toutes les 8 heures et nourris toutes les 24 heures, il est fréquent qu’ils ne reçoivent ni eau ni nourriture. En général, les animaux ne restent pas aussi longtemps sur le site mais ils arrivent parfois la veille du jour de marché ou ne repartent que le lendemain et ils devront encore supporter un long transport ; il est donc essentiel qu’ils soient correctement abreuvés et nourris sur place.

 

marchés aux bestiauxLes animaux sont parfois victimes de manipulations très brutales : ils sont tirés par les pattes, par la queue, par les oreilles, ou pour les moutons par la laine (ce qui est très douloureux)… Autant de pratiques pourtant formellement interdites. L’usage de bâtons ou d’aiguillons électriques, toléré par la réglementation sous certaines conditions, est très fréquent. Les rampes d’accès aux camions pour charger ou décharger les animaux ont parfois une inclinaison trop forte et ne disposent pas toujours de protections latérales pour éviter les chutes sur les côtés. Les animaux sont souvent effrayés par les personnes qui les entourent. Ils hésitent à avancer dans les allées et sont alors manipulés sans ménagement, voire avec brutalité.

marchés aux bestiaux

On constate parfois encore la présence d’animaux malades ou blessés et qui ne reçoivent pas les soins vétérinaire nécessaires, ou bien la présence de vaches en lactation qui n’ont pas été traites depuis de nombreuses heures, ce qui leur provoque de vives douleurs.

 

Que souhaite la PMAF

Que souhaite WELFARM ?

Il y a quelques années, WELFARM a réalisé une étude de plusieurs mois sur la situation des animaux sur les marchés. Cette étude a permis de formuler diverses recommandations pour améliorer le bien-être de ces animaux, et suite aux observations rapportées, le ministère de l’Agriculture a diligenté une enquête sur plusieurs des marchés visités.

WELFARM encourage les alternatives aux marchés bestiaux, telles que par exemple les systèmes de vente à distance utilisant les nouvelles technologies. Les marchés exposent les animaux à un stress évitable, et ils contribuent de plus à l’expansion d’épidémies, comme lors de l’épisode de la fièvre aphteuse.

L’usage des aiguillons électriques doit être interdit, et les très jeunes animaux, tels que les veaux de quelques jours, ne devraient  pas transiter sur les marchés.

Nous demandons que tout le personnel qui manipule des animaux sur les marchés reçoivent une formation spécifique de qualité.

Il est par ailleurs indispensable de moderniser certains sites qui ne disposent pas des aménagements appropriés pour faciliter les déplacements des animaux et pour satisfaire leurs besoins de base : rampes de chargement à la hauteur du camion, sols adaptés pour prévenir les glissades, abreuvoirs en quantité suffisante, etc.

Des contrôles devraient être faits plus fréquemment pour veiller à la bonne application du règlement.

 

Que souhaite la PMAF

Que pouvez-vous faire

Si vous êtes témoin de mauvais traitements envers les animaux sur un marché aux bestiaux, signalez le à WELFARM, ainsi qu’à la Direction départementale (de la cohésion sociale et) de la protection des populations (DDPT) et au maire de la commune concernée. Vous pouvez également vous adresser au directeur du marché pour l’informer des faits que vous avez observés afin qu’il prenne les mesures nécessaires.